Emballages en fibres vierges ou recyclées? Et pourquoi pas les deux?

Source : Two Sides

De l’industrie
Outils
Typographie

Kathi Rowzie, Two Sides – Depuis quelques décennies déjà, et après des milliards$ en investissements, communautés et entreprises ont fait du recyclage une activité à succès en Amérique du Nord.

Malheureusement, au fil des années, une polarisation a pris forme entre les tenants du recyclage à tout prix et ceux pour l’utilisation de fibres vierges provenant de sites certifiés durables. Il est certain que le recyclage joue un rôle indéniable dans la vision circulaire des choses mais faut-il obligatoirement avoir 100% de contenu recyclé pour être suffisamment durable, comme on le prétend souvent?

La réponse est non. D’abord la fibre recyclée doit commencer quelque part et ce commencement prend sa source dans l’utilisation d’une fibre vierge que l’on aura recyclé. Certains diront qu’un contenu en fibres recyclées à 100% est vital pour « sauver des arbres ». Mais la demande pour de la fibre de bois provenant de forêts gérées de façon durable vient encourager la croissance à long terme de la forêt. Cela est tellement vrai que la Food and Agricultural Organization (FAO) rapporte que la couverture forestière américaine s’est accrue de 18 millions d’acres, alors que le couvert forestier canadien demeurait plutôt stable à 857 millions d’acres.

La réalité nous dicte aussi qu’une fibre n’est pas recyclable indéfiniment. Après être recyclée de cinq à dix fois, la collecte, le désencrage et le lavage de la fibre affaiblit celle-ci et sans l’ajout en continue d’un peu de fibres vierges, le recyclage deviendrait vite non viable. Par ailleurs, l’activité du recyclage de la fibre requiert une importante quantité d’eau et d’énergie.  En fait, cette activité est plus polluante que la fabrication de fibres vierges, laquelle utilise l’arbre tout entier dans le procédé de fabrication en plus de recycler 95% des produits chimiques entrant dans la mise en pâte. Les deux approches, recyclage et fibres vierges, sont là pour se complémenter. Et puis les statistiques actuelles sont éloquentes : selon l’Environmental Protection Agency, le contenu en recyclé dans le papier en général atteint 80,9% et 96,5% dans le cas du carton ondulé. C’est de loin meilleur que les emballages en plastique (13,6% de fibres recyclées), le verre (31,2%) et l’aluminium (34,9%).


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier