Que préférez-vous, un livre électronique ou un livre imprimé ?

Source : Stora Enso

Internationales
Outils
Typographie

Une nouvelle enquête de Stora Enso menée auprès de 2400 lecteurs de livres de tous âges au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et aux États-Unis a révélé que les gens préfèrent toujours massivement les livres imprimés, pour leur aspect, leur toucher et même leur odeur.

Cette étude, réalisée en mars 2022, a montré que 65 % des personnes interrogées souhaitaient des livres imprimés, contre 21 % qui préféraient les livres électroniques et 14 % les livres audio. De toutes les nations, ce sont les Français qui ont montré la préférence la plus marquée pour les livres imprimés. Et la plupart des gens ont dit qu’ils préféraient lire ou écouter des ouvrages de fiction pour leurs loisirs et pour passer un bon moment en solo. 

« Ces résultats ont confirmé nos attentes selon lesquelles le marché des livres imprimés devrait rester porteur, ce qui est une bonne nouvelle pour nos clients imprimeurs et éditeurs », a déclaré Jonathan Bakewell, directeur du segment Office and Book Papers chez Stora Enso. Mais les résultats ont été surprenants dans le groupe des plus jeunes (les 16-24 ans), où 70 % des personnes interrogées ont déclaré préférer les livres imprimés sur papier  à leurs homologues électroniques. 

Cet enthousiasme pour les livres chez les représentants de la génération Z, pourtant plus susceptibles d’être les « disrupteurs » numériques, semble en partie alimenté par l’engouement pour les mangas, lui-même stimulé par les séries d’anime sur Netflix, ainsi que par l’explosion récente des ventes de romans sentimentaux pour ados. Dans les groupes plus âgés, les livres imprimés ont surpassé les livres électroniques dans des domaines tels le potentiel humain et l’introspection – pensez aux livres de coloriage pour les adultes – en particulier pendant la pandémie, lorsque les gens ont pris le temps de s’interroger.

« Détox » numérique 

« Les gens ont commencé à redécouvrir la lecture en partie sous l’effet de la pandémie », explique Bakewell, « lorsque beaucoup étaient rivés à leurs écrans toute la journée pour le travail ou l’école, et ne voulaient pas les emmener sur le canapé quand il était temps de se détendre. » 

Une majorité de personnes interrogées (63 %) ont déclaré lire davantage pendant le Covid, dont près de 70 % au Royaume-Uni et aux États-Unis. Dans le segment des jeunes, 64 % ont déclaré lire davantage, notamment 76 % des jeunes aux États-Unis et 73 % au Royaume-Uni. 

« Au Royaume-Uni, la météo clémente pendant le premier confinement nous a aidés », se souvient Bakewell, qui a investi dans un canapé d’extérieur pour se relaxer avec un bon livre après le travail. Pendant cette période d’isolement, la physicalité du livre en a fait pour certains un meilleur compagnon qu’une liseuse numérique. Les livres sont également très beaux, tels des objets d’art colorés ou des articles de design sur une table ou une étagère. Certains ont même mentionné que l’odeur d’un livre papier pouvait évoquer des souvenirs agréables.

En concurrence pour captiver les yeux et les oreilles

Mais même si les livres imprimés ont conquis une plus grande part des cœurs et des esprits, l’étude a montré qu’il y avait un moment et un endroit pour chacun des trois formats de livres. Les livres électroniques et audio sont plus pratiques, plus légers à transporter et ils peuvent être consommés sur des multiples appareils. 
« Et si le livre papier et son pendant électronique se disputent une part des yeux, la version audio est complémentaire dans la mesure où elle est en concurrence pour captiver les oreilles – podcasts, radio, musique et autres – lorsque les yeux ne sont pas disponibles », explique Bakewell.

Les livres comme stockage du carbone

Les livres sont également circulaires – 42 % des lecteurs déclarant qu’ils aimaient les garder lorsqu’ils avaient fini de les lire, tandis que 26 % les prêtaient ou les donnaient. 26 % vendent leurs livres et les 5 % restants les recyclent ou les jettent. 

Et si les livres émettent du carbone pendant leur production et leur distribution, ils constituent leur propre unité de stockage du carbone une fois qu’ils sont sur nos étagères. Certains lecteurs avec une préférence pour les livres électroniques pensaient qu’ils étaient plus durables. « Mais les livres électroniques nécessitent eux aussi de l’énergie pour leur fabrication, pour leurs liseuses et pour faire tourner leurs serveurs de contenu », souligne Bakewell. 

La neutralité carbone est un atout

Une majorité de l’ensemble des répondants (61 %) et 70 % des jeunes ont déclaré être prêts à payer plus cher (5,7 % du prix de détail en moyenne) pour des livres neutres en carbone. Ils indiquaient aussi majoritairement qu’ils feraient leurs achats dans un point de vente proposant des livres neutres ou compensés en carbone. Cependant, pour la plupart la limite de l’acceptable est de devoir se rendre eux-mêmes sur un site et utiliser un numéro ISBN pour payer les compensations séparément. Le segment des jeunes et de la majorité des Allemands interrogés constituent l’exception, en indiquant être prêts à le faire. 

« En sachant cela, la question suivante pour Stora Enso et nos clients est : comment pouvons-nous répondre au mieux à cette demande de neutralité carbone en tant qu’industrie », déclare Bakewell, en ajoutant : « La compensation est quelque chose que nous n’envisageons que lorsque nous avons des émissions de carbone qui sont actuellement inévitables. Et bien sûr, nous sommes toujours à la recherche de moyens pour éviter les émissions aujourd’hui et à l’avenir, au fur et à mesure qu’apparaissent de nouvelles alternatives. » 

Stora Enso possède assurément l’expertise technique et environnementale pour fFaire avancer les choser en matière d’environnement. En ce qui concerne le papier pour photocopie, nous proposons par exemple déjà un choix neutre en carbone (Multicopy Zero de Stora Enso), qui est compensé en carbone pour les clients au point d’achat. 

La situation est cependant plus complexe dans le papier destinés au monde du livre. Stora Enso produit la plus large gamme de qualités pour livres dans sa papeterie d’Anjala en Finlande. Une question clé, parmi d’autres, est donc de savoir si les compensations sont appliquées au point de production du livre ou au point d’achat du papier. « Les conclusions de l’étude ont ouvert de nombreux éléments de discussion tels que celui-ci, que nous commençons tout juste à aborder avec nos clients dans l’impression et dans l’édition, et que nous sommes prêts à partager », dit Bakewell. « N’hésitez donc pas à nous contacter ! »


Acteur de la bioéconomie mondiale, Stora Enso est l’un des principaux fournisseurs de produits renouvelables dans les domaines de l’emballage, des biomatériaux, de la construction en bois et du papier, et l’un des plus grands propriétaires forestiers privés au monde. Nous croyons que tout ce qui est réalisé à partir de matériaux fossiles aujourd’hui pourra l’être à partir d’un arbre demain. Stora Enso emploie environ 22 000 personnes et nos ventes en 2021 s’élevaient à 10,2 milliards d’euros. Les actions de Stora Enso sont cotées auprès de Nasdaq Helsinki Oy (STEAV, STERV) et Nasdaq Stockholm AB (STE A, STE R). Elles sont en outre négociées aux États-Unis sous forme d’ADR (SEOAY).


Source : Stora Enso