Québec accorde 5,94 M$ à Bioénergie La Tuque : un pas de plus vers la production de carburants renouvelables à base de résidus forestiers

Bioraffinage
Outils
Typographie

La Tuque, le 30 novembre 2020 – Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord, M. Jonatan Julien, est fier d’annoncer que le Gouvernement du Québec accorde, dans le cadre du programme Technoclimat – volet pour la production de bioénergies, une aide financière de 5 943 000 $ à Bioénergie La Tuque pour démontrer le potentiel précommercial de produire des biocarburants à partir de biomasse forestière résiduelle.

Ce projet de démonstration technologique, qui se déroule en plusieurs phases, a pour objectif de mettre en place toutes les conditions propices à l’implantation, au Québec, de la première bioraffinerie à base de résidus forestiers pour la production de carburants renouvelables. Les résidus de matière récupérés serviront à produire un biocarburant ayant la particularité de pouvoir se substituer aux carburants d’origine fossile. Dans ce projet de démonstration, deux technologies distinctes seront expérimentées et les résultats obtenus permettront de cibler les meilleurs procédés et équipements pour la production de biocarburants à l’échelle commerciale. Le projet prévoit notamment d’explorer le potentiel d’essais d’utilisation du biocarburant produit dans la machinerie forestière. Bioénergie La Tuque travaille de concert avec la nation attikamek ainsi qu’avec un partenaire international, soit la société finlandaise Neste, un leader mondial des biocarburants.

La construction d’une usine commerciale de production à la suite de cette démonstration constituerait le tout premier projet du genre au Canada et générerait des retombées socioéconomiques et environnementales importantes pour le Québec.

Citations

Le projet de Bioénergie La Tuque a l’immense potentiel de donner un nouvel élan à l’économie régionale de même qu’au secteur forestier, qui pourrait bénéficier de débouchés supplémentaires avec le développement d’une bioéconomie fondée sur la bioénergie. Il ouvre la voie à la mise en place de la première bioraffinerie de production de carburants renouvelables issus de la biomasse forestière résiduelle. Cette démonstration technologique est en droite ligne avec la transition énergétique souhaitée pour le Québec et s’inscrit dans notre vision d’une économie plus sobre en carbone. Ensemble, nous pouvons conjuguer nos forces pour un avenir énergétique durable. 

– Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable de la région de la Côte-Nord

Le développement d’énergies renouvelables additionnelles, dont les bioénergies issues de la biomasse forestière, s’inscrit dans les objectifs du Plan pour une économie verte, puisqu’elles peuvent jouer un rôle complémentaire à l’électrification pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Son apport dans la lutte contre les changements climatiques rendra le Québec plus vert et résolument tourné vers un développement durable de ses ressources, pour le bien des générations futures. 

– Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la région de Laval

Ce projet réalisé en partenariat avec la communauté autochtone est important et porteur pour le développement de la région. Il faut saluer les intervenants concernés qui veillent à inclure toutes les parties prenantes dans ce type de projet valorisant une exploitation harmonieuse et durable de nos ressources naturelles. 

– Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones

L’industrie forestière a présentement la possibilité de réduire considérablement ses émissions de GES annuellement, et ce, de différentes manières. La mise en valeur de la biomasse forestière et le remplacement des combustibles fossiles par du biocarburant dans cette industrie sont assurément des avenues porteuses d’espoir pour améliorer le bilan énergétique de ce secteur d’activité omniprésent au Québec.

– Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec

C’est une fierté pour notre communauté régionale de participer à ce projet de démonstration lié aux biocarburants. Cela démontre une solide vision du développement durable de nos ressources naturelles. Cette collaboration entre les différents acteurs locaux est très inspirante pour l’avenir socioéconomique de la Mauricie. 

– Jean Boulet, ministre du Travail, de l‘Emploi et de la Solidarité sociale, ministre responsable de la région de la Mauricie

La production de biocarburant à partir de résidus forestiers provenant des parterres de coupe serait définitivement merveilleuse et constituerait un exemple d’économie circulaire en utilisant ce biocarburant dans la machinerie forestière pour remplacer le diesel. Aussi, il est important de noter que les approvisionnements en bois des usines de la Mauricie ne sont nullement affectés par le présent projet. 

– Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette–Saint-Maurice

La région s’est développée autour de l’exploitation forestière; pourtant pour le moment des résidus de cette industrie pourrissent dans le bois. Dans une transition énergétique cohérente vers une économie plus verte, des projets qui permettent de valoriser ce qui est présentement considéré comme des rejets s’harmonisent avec les valeurs Atikamekw liées au territoire. Ce ne sont pas des industries parfaites, mais en agissant judicieusement, on peut allier développement économique, social et environnemental. 

– Constant Awashish, Grand Chef de la Nation Atikamekw

Notre projet développé en pleine coopération avec plusieurs acteurs locaux et notre partenaire Neste, premier producteur mondial de biocarburants renouvelables, contribuera fortement au développement économique de nos communautés. Nous sommes fiers de la confiance du Gouvernement du Québec que nous tenons à remercier très chaleureusement pour sa participation financière importante à la phase précommerciale du projet. 

– Patrice Bergeron, président, Bioénergie La Tuque

Neste est très reconnaissante du financement accordé par le Gouvernement du Québec, démontrant le ferme soutien du gouvernement à notre objectif de mettre sur le marché de nouveaux volumes de carburants durables à faible émission à partir de matières premières d’origine locale. Des volumes supplémentaires de biocarburants sont essentiels pour remplacer l’utilisation de combustibles fossiles, ce qui a un effet positif sur l’atteinte des objectifs locaux et mondiaux de réduction des émissions. Notre collaboration à long terme avec BELT est un excellent exemple des nombreuses initiatives dans lesquelles Neste s’engage pour accroître davantage l’effet positif de l’entreprise dans la lutte contre les changements climatiques, et ce, à l’échelle mondiale. 

– Lars Peter Lindfors, vice-président sénior, Innovation, Neste

Faits saillants

  • Appuyer fortement l’innovation en énergie figure parmi les six orientations retenues dans le plan directeur du gouvernement pour concrétiser la transition énergétique du Québec.
  • Financé en partie par le Fonds d’électrification et de changements climatiques et par la quote-part des distributeurs d’énergie, le programme Technoclimat a pour but d’encourager le développement d’innovations technologiques en matière d’efficacité énergétique, d’énergies renouvelables, de bioénergies et de réduction des émissions de GES en offrant un soutien financier aux promoteurs de projets qui désirent démontrer le potentiel d’une innovation technologique.
  • Le premier appel de projets du volet spécifique à la production de bioénergies du programme Technoclimat a été lancé le 19 février 2020 pour soutenir les innovations précommerciales.
  • Depuis le 21 mai dernier, des mesures de bonifications temporaires ont été mises en place afin de soutenir les entreprises et les citoyens dans la reprise de leurs activités. Dans le cadre du programme Technoclimat, une bonification de 5 % de l’aide financière est accordée pour les projets en cours et pour ceux déposés d’ici le 31 décembre 2020. De plus, les participants ont droit à une prolongation de 12 mois du délai de réalisation de leur projet.
  • Bioénergie La Tuque (B.E.L.T.) est un organisme sans but lucratif fondé en 2015 et ayant comme objectif de mettre en place toutes les conditions propices à la concrétisation de la première bioraffinerie à base de résidus forestiers pour la fabrication de carburants renouvelables à La Tuque.

Liens connexes


Source : Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

 

Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.