Déclaration de l'APFC sur le budget fédéral 2022

De l’industrie
Outils
Typographie

Le président et chef de la direction de l'Association des produits forestiers du Canada, Derek Nighbor, a publié la déclaration suivante à la suite du dépôt du budget fédéral 2022 par la ministre des Finances, Chrystia Freeland:

« L'APFC est heureuse que la ministre Freeland ait signalé son intention de faire davantage pour soutenir les travailleurs et les familles du Canada face aux préoccupations croissantes concernant l'insécurité économique, l'emploi et l'accès au logement.

Nous aimerions particulièrement souligner la contribution de nos partenaires syndicaux, avec une mention spéciale pour les Syndicats des métiers de la construction du Canada, qui ont obtenu le soutien du gouvernement pour une déduction pour la mobilité de la main-d'œuvre destinée aux gens de métier. Cette nouvelle déduction pouvant atteindre 4000 $ par année améliore l'équité fiscale pour les gens de métier et les apprentis en leur permettant de réclamer des frais de déplacement et de réinstallation temporaire.

L'APFC accueille aussi favorablement l'annonce d’un fonds de croissance du Canada de classe mondiale, qui vise à améliorer la compétitivité et les chaînes d'approvisionnement et à accélérer les projets d'innovation et de réduction des émissions, ainsi que les mesures pour encourager la technologie de captage du carbone et l'utilisation d'une plus grande quantité de bois canadien grâce à de nouveaux investissements dans le logement, à la construction à faibles émissions de carbone et à des stratégies d'approvisionnement écoresponsables.

Nous avons l'occasion de faire plus ensemble avec notre ressource renouvelable, cultivée et transformée au Canada, afin de soutenir l'action climatique, de stimuler la croissance économique et d’exporter plus de nos produits dans le monde. Actuellement, la Russie a dépassé le Canada au début de 2020 à titre de plus grand exportateur de bois d'œuvre au monde. Cela doit changer.

Nous sommes impatients d'aller de l'avant :

1. Il nous faut, comme pays, travailler pour mettre en œuvre un plan pour toute la chaîne de valeur en vue d’une croissance verte de la foresterie canadienne. Avec le soutien du gouvernement, notre secteur peut faire encore plus pour réduire les émissions, augmenter la production et les emplois de façon durable et protéger les communautés contre le risque croissant d'incendies catastrophiques. Nous avons besoin de politiques plus cohérentes et d'une meilleure coordination entre les ministères fédéraux pour réaliser le potentiel de croissance des travailleurs et des communautés forestières du Canada.

2. Nous comptons sur notre gouvernement pour faire preuve de fermeté face aux lois protectionnistes et anti-canadiennes des États de la Californie et de New York, qui menacent les exportations et les emplois forestiers canadiens. Si des projets de loi discriminatoires sont adoptés, soutenus par des campagnes de désinformation comme celles qui sont en cours dans les législatures de Sacramento et d'Albany, il s’agira d’un énorme risque de précédent pour les exportations et les emplois au Canada, non seulement dans le secteur forestier, mais aussi dans d'autres secteurs, comme l'agriculture et les ressources naturelles.

L'APFC souhaite travailler avec le gouvernement fédéral pour tirer parti des solutions renouvelables et durables que notre secteur peut mettre en œuvre dans tout le pays pour créer une économie plus propre et plus verte. »

L'APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte, de papier et de bioproduits dérivés du bois pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. Le secteur canadien des produits forestiers, dont les revenus annuels dépassent 75 milliards de dollars, est l'un des plus importants employeurs du pays. Il est présent dans plus de 600 localités et fournit 225 000 emplois directs et plus de 600 000 emplois indirects d’un océan à l’autre.


Source : APFC