Un projet visant à développer des traitements sylvicoles novateurs pour réussir l'aménagement durable de la forêt boréale canadienne obtient une subvention Alliance

Miguel Montoro Girona

De l’industrie
Outils
Typographie

Alors que la forêt boréale connaît une transformation notamment en raison de l'uniformisation des traitements sylvicoles menant à une simplification des structures forestières, un professeur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) au campus d'Amos vient d'obtenir une importante subvention pour un projet de recherche visant à aborder des problématiques prioritaires de la forêt boréale canadienne, soit la diversification sylvicole et la résilience des forêts face aux changements climatiques.

En effet, le professeur à l'Institut de recherche sur les forêts (IRF) de l'UQAT, Miguel Montoro Girona, s'est vu octroyer une subvention Alliance du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) de 257 490 $ sur quatre ans, à laquelle s'ajoute des contributions en espèce de 128 745 $ et de 78 700 $ en nature des organismes d'appui pour un total de 464 935 $.

Favorisant les collaborations entre des chercheuses et chercheurs universitaires et des organismes partenaires du secteur privé, public ou sans but lucratif, cette subvention appui ainsi le projet du professeur Montoro Girona, mené en collaboration avec différentes universités québécoises (UQAT, UQAC, UQAM, Université Laval), les entreprises Produits forestiers Résolu inc., Matériaux innovants Rayonier, ainsi que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP) et le Service canadien de forêts.

Ce projet permettra de développer des stratégies alternatives de gestion forestière visant à évaluer de nouveaux traitements sylvicoles expérimentaux de coupe partielle dans le cadre d'un aménagement forestier durable. Une fois mis en œuvre, ceux-ci contribueront à favoriser la diversification des peuplements et la résilience des forêts face aux changements climatiques en forêt boréale canadienne. « Le Canada est le troisième pays au monde en termes de superficie forestière avec 347 millions ha. Jusqu'à aujourd'hui, le traitement sylvicole le plus utilisé a été la coupe totale, représentant 93 % de la surface récoltée dans la forêt boréale canadienne. Il y a lieu de diversifier les options d'aménagement afin d'assurer le maintien de la biodiversité et de la connectivité et de diminuer la vulnérabilité de la régénération aux perturbations naturelle », souligne le professeurMontoro Girona.

En plus des organismes partenaires, le projet, intitulé « Traitements sylvicoles novateurs pour réussir l'aménagement durable de la forêt boréale : évaluation des impacts sur la biodiversité et sur l'avenir de la régénération » sera réalisé en collaboration avec les professeurs et professeures à l'IRF Yves Bergeron, Annie Desrochers,  Guillaume Grosbois et Nicole Fenton,  ainsi que les professeurs Hubert Morin de l'UQAC, Alain Leduc de l'UQAM ainsi que la professeure Nancy Gélinas de l'Université Laval. De plus, des collaborations internationales auront lieu  avec des chercheurs européens Timo Kuuluvainen de l'University of Helsinki, Joakim Hjältén de la Swedish Univ Agric Sciences (SLU).


Source : Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)