Résolu annonce ses résultats financiers provisoires pour le deuxième trimestre de 2020

Financières
Outils
Typographie
  • Bénéfice net selon les PCGR de 6 M$, soit 0,07 $ par action, après dilution, pour le deuxième trimestre
  • BAIIA ajusté de 37 M$
  • Réduction de la dette de 191 M$; liquidités de 396 M$, en hausse de 47 M$
  • Intégration réussie des scieries récemment acquises aux États-Unis

MONTRÉAL, le 30 juill. 2020 - Produits forestiers Résolu Inc. (NYSE: RFP) (TSX: RFP) a annoncé aujourd'hui un bénéfice net de 6 M$, soit 0,07 $ par action, après dilution, pour le trimestre clos le 30 juin 2020, contre un bénéfice net de 25 M$, soit 0,27 $ par action, après dilution, pour la période correspondante de 2019. Les ventes du trimestre ont atteint 612 M$, en baisse de 143 M$ par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. Avant les éléments hors gestion courante, la Société a enregistré une perte nette de 22 M$, soit 0,25 $ par action, contre un bénéfice net de 11 M$, soit 0,12 $ par action, après dilution, pour le deuxième trimestre de 2019.

« La pandémie de COVID-19 et le ralentissement économique qui en découle ont entraîné des défis et une incertitude sans précédent pour les entreprises, a déclaré Yves Laflamme, président et chef de la direction. Je suis reconnaissant de l'engagement de nos employés, entrepreneurs et fournisseurs, de leur loyauté et de leur travail acharné : ils se sont serré les coudes, ce qui nous a permis de fonctionner comme une entreprise essentielle, fidèle à notre engagement envers une sécurité de niveau mondial tout en maintenant notre engagement envers un travail bien exécuté. Malgré l'environnement commercial difficile, à l'exception de l'emprunt à terme à faible taux d'intérêt qui a servi à financer l'acquisition des scieries américaines, nous avons remboursé tous les emprunts que nous avions contractés au premier trimestre, et nos liquidités se sont améliorées pour atteindre près de 400 M$. Sur le plan commercial, nous avons constaté une hausse du prix de la pâte et un accroissement des volumes expédiés de bois d'œuvre au deuxième trimestre, ce qui a été contrebalancé par un affaiblissement du secteur Papier, qui reflète la réduction de notre production de papier pour répondre à la baisse de la demande dans cette période de pandémie. Nous sommes satisfaits du déroulement de l'intégration de nos scieries américaines récemment acquises, dont les perspectives nous réjouissent. »

La définition des mesures financières non conformes aux PCGR, notamment les ajustements liés aux éléments hors gestion courante et le BAIIA ajusté, ainsi que leur rapprochement avec les mesures financières conformes aux PCGR sont présentés ci-dessous.

Variation du résultat d'exploitation par rapport à celui de la période précédente

Résultats consolidés

La Société a dégagé un bénéfice d'exploitation de 6 M$ pour le deuxième trimestre. L'amélioration de 14 M$ par rapport au trimestre précédent s'explique par l'incidence favorable de l'affaiblissement du dollar américain (11 M$), la hausse du prix de la pâte (9 M$) et l'accroissement des volumes expédiés de bois d'œuvre (9 M$), facteurs neutralisés en partie par la diminution des volumes expédiés de papiers et de pâte (18 M$) et la baisse du prix du bois d'œuvre d'un trimestre à l'autre (5 M$), malgré une hausse de prix vers la fin du trimestre. 

Variation du résultat d'exploitation sectoriel

À compter du deuxième trimestre, les résultats des secteurs Papier journal et Papiers pour usages spéciaux de la Société ont été regroupés dans un seul secteur, soit le secteur Papier. L'information comparative, y compris l'information présentée dans le présent communiqué de presse, a été modifiée aux fins de conformité avec cette nouvelle présentation sectorielle.

Pâte commerciale

Le secteur Pâte commerciale a dégagé un bénéfice d'exploitation de 10 M$ pour le trimestre, ce qui représente une amélioration de 13 M$ par rapport au trimestre précédent. Le prix de vente moyen s'est accru de 34 $ par tonne métrique, soit 6 %, toutes les catégories ayant affiché des gains, et le coût d'exploitation unitaire (ou le « coût livré ») a fléchi de 14 $ par tonne métrique, soit 2 %, pour s'établir à 581 $ par tonne métrique. Les volumes expédiés ont par contre diminué de 45 000 tonnes métriques, ce qui s'explique essentiellement par le calendrier des interruptions de production annuelles aux usines de Calhoun (Tennessee) et de Thunder Bay (Ontario) au cours du trimestre, de même que par la baisse de la demande de pâte kraft blanchie à base de fibres recyclées. Le BAIIA sectoriel s'est établi à 16 M$. Les stocks de produits finis atteignaient 87 000 tonnes métriques à la fin du trimestre.

Papiers tissus

Le secteur Papiers tissus a enregistré une perte d'exploitation de 2 M$ pour le trimestre, contre un bénéfice d'exploitation de 2 M$ pour le trimestre précédent. Le prix de vente moyen s'est accru de 4 %, soit 65 $ par tonne courte, mais les volumes expédiés ont reculé de 4 000 tonnes courtes, soit 14 %, en raison du faible niveau des stocks vers le début du trimestre du fait de la flambée de la demande de la part des clients au tout début de la pandémie. Le coût livré par unité a augmenté de 167 $ par tonne courte, soit 10 %, reflétant l'incidence de la diminution des ventes et le coût de la maintenance associé à l'interruption de production annuelle à Calhoun. Les stocks de produits finis demeuraient bas à la fin du trimestre, à 5 000 tonnes courtes. Le BAIIA sectoriel s'est établi à 3 M$.

Produits du bois

Le secteur Produits du bois a dégagé un bénéfice d'exploitation de 15 M$ pour le trimestre, soit une amélioration de 10 M$ par rapport au premier trimestre. Les volumes expédiés ont augmenté de 78 millions de pieds mesure de planche (ou « pmp ») en raison de la capacité accrue, enregistrée pour un trimestre complet, des scieries américaines acquises le 1er février et à cause de l'incidence du blocage des voies ferrées au Canada au premier trimestre. Le prix de vente moyen s'est replié de 9 $ par millier de pmp, soit 2 %, en regard du premier trimestre, ce qui est attribuable à l'incertitude sur le marché quant à l'évolution de la pandémie. En conséquence, à l'exclusion des scieries américaines, la Société a réduit la production de quelques installations, ce qui s'est traduit par des interruptions de production d'environ 70 millions de pmp au cours du trimestre. Le coût livré s'est amélioré de 25 $ par millier de pmp, soit 7 %, pour s'établir à 355 $ par millier de pmp, reflétant une meilleure productivité. Le BAIIA sectoriel a augmenté de 9 M$ pour atteindre 25 M$.

Papier

Le secteur Papier a enregistré une perte d'exploitation de 12 M$ pour le trimestre, soit une diminution de 9 M$ par rapport au trimestre précédent. Les volumes expédiés ont diminué de 132 000 tonnes métriques, soit 27 %, ce qui s'explique par la réduction de la production en réaction au ralentissement important de l'activité économique, surtout pour les produits qui dépendent des programmes de marketing, comme les journaux, les encarts, les circulaires et les papiers pour usages commerciaux. Le prix de vente moyen est cependant demeuré relativement stable, accusant un recul de 8 $ par tonne métrique, soit 1 %. La Société a enregistré des interruptions de production de quelque 180 000 tonnes métriques pour le trimestre, ce qui s'est soldé par une diminution de 20 000 tonnes métriques des stocks par rapport à la fin du premier trimestre, pour s'établir à 130 000 tonnes métriques. Le coût livré a augmenté de 20 $ par tonne métrique pour s'établir à 625 $ par tonne métrique, en raison de l'incidence des interruptions de production. Le BAIIA a diminué de 10 M$, demeurant positif à 4 M$. 

Variation du résultat d'exploitation consolidé du trimestre par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent

La Société a dégagé un bénéfice d'exploitation de 6 M$ pour le deuxième trimestre, contre un bénéfice d'exploitation de 40 M$ pour le deuxième trimestre de 2019. Cette variation reflète la diminution des prix de vente dans les secteurs Pâte commerciale et Papier (55 M$) et la baisse des volumes expédiés de papier (40 M$), facteurs compensés en partie par des coûts de fabrication favorables (18 M$), l'augmentation des prix dans les secteurs Produits du bois et Papiers tissus (14 M$) et l'apport accru des scieries américaines récemment acquises (6 M$). Le BAIIA ajusté a atteint 37 M$, en baisse de 45 M$ par rapport à celui du deuxième trimestre de 2019. 

Siège social et données financières

Les activités d'exploitation de la Société ont généré des entrées de trésorerie de 125 M$ pour le trimestre, ce qui s'explique d'abord et avant tout par une réduction de 92 M$ du fonds de roulement, y compris une baisse saisonnière des stocks de bois rond. La Société a effectué des dépenses en immobilisations de 16 M$ et des dépôts pour droits sur le bois d'œuvre résineux de 17 M$. À la fin du trimestre, le total cumulatif des dépôts pour droits sur le bois d'œuvre résineux était de 194 M$.

Pour ce qui est des activités de financement, la Société a réduit de 191 M$ l'encours de sa facilité de crédit renouvelable au cours du trimestre, ne laissant, sur ses prélèvements du premier trimestre, qu'un emprunt à terme à faible taux d'intérêt d'une durée de 10 ans de 180 M$ utilisé pour financer l'acquisition des scieries américaines. Les liquidités se sont accrues de 47 M$ par rapport à la fin du premier trimestre, atteignant 396 M$. 

La Société a également conclu la vente de l'usine de papier journal d'Augusta pour 9 M$ au cours du trimestre. L'usine, ayant une capacité de production de 214 000 tonnes métriques de papier journal, avait été fermée pour une durée indéterminée en novembre 2019.

Perspectives

En ce qui a trait à la pandémie de coronavirus, M. Laflamme a ajouté : « Nous continuons à nous concentrer sur les priorités à court terme que nous avions annoncées après la fin du premier trimestre, notamment : fonctionner selon des protocoles rigoureux en matière de santé et de sécurité de nos employés, entrepreneurs et fournisseurs; gérer les liquidités de manière disciplinée; surveiller le risque de crédit des clients; et contrôler les frais de vente, frais généraux et frais d'administration ainsi que les dépenses en immobilisations. »

Revenant aux perspectives commerciales, M. Laflamme a poursuivi en ces termes : « Le ralentissement marqué de l'activité économique dû à la pandémie continuera à se répercuter sur la demande de produits de papier, et nous continuerons à ajuster notre capacité en fonction de l'évolution de la situation. La pâte a bénéficié de la demande accrue de papiers tissus de haute qualité malgré l'affaiblissement des volumes expédiés de produits d'impression et d'écriture, mais des pressions pourraient s'exercer à court terme à mesure que ces marchés se stabilisent dans l'économie pandémique actuelle. Nous continuons à nous efforcer d'optimiser notre portefeuille de clients dans le secteur Papiers tissus, en particulier dans le segment de la vente au détail où nous continuons à faire des percées en plaçant des volumes auprès de nouveaux clients et en faisant valoir la qualité de nos produits. Nous nous attendons à continuer sur notre lancée au cours des prochains trimestres. Le marché du bois d'œuvre a récemment été un point positif par rapport aux attentes pessimistes d'avril, grâce à la force du marché de la réparation et de la rénovation et à l'augmentation du nombre de mises en chantier résidentielles, facteurs pouvant nous permettre de remettre en service certaines installations de production canadiennes dont les activités avaient été interrompues. L'intégration des actifs de production de bois d'œuvre américains progresse bien, ces actifs ayant également bénéficié d'une poussée de la demande de bois de traitement supérieure à la demande saisonnière. Comme la demande de bois d'œuvre reste favorable, nous poursuivons notre plan de remise en service d'El Dorado au début de 2021. »

Lire la suite du communiqué


Source : Produits forestiers Résolu

Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.