Une bactérie qui transforme les rejets papetiers en produits utiles

Source : Canadian Light Source

Sciences
Outils
Typographie

Créer des produits pratiques à partir de ressources renouvelables comme le bois, tel est l’objectifs de scientifiques utilisant le seul synchrotron au Canada.

La docteure Lindsay Eltis, professeur au Département de Microbiologie et d’immunologie à l’Université de Colombie-Britannique et son équipe étudie comment une bactérie transforme les composés du bois en produits chimiques utiles. La maîtrise de ce procédé pourrait, à terme, mener à la découverte de nouvelles biotechnologies environnementales.

Les chercheurs ont utilisé le Canadian Light Source (CLS) à l’Université de la Saskatchewan pour étudier une enzyme qui défait la structure de la lignine, une composante primordiale de la biomasse brûlée par l’industrie des pâtes et papiers. En ayant recours à la technologie synchrotron, l’équipe a réussi à visualiser et décrire cette enzyme pour la première fois. Leurs résultats sont documentés dans le Journal of Biological Chemistry.

Mme Eltis croit que la bactérie représente une façon plus verte de faire les choses. Au lieu de brûler la lignine, celle-ci est convertie par la bactérie en produits chimiques généralement utilisés par l’industrie pétrochimique. « Cette bactérie peut transformer un sous-produit peu utilisé de l’industrie papetière en biomatériaux comme le nylon et contribue du même coup à créer la bioéconomie circulaire dont on parle tant ces temps-ci, » observe-t-elle.


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier