La chromatogénie, une technologie barrière plus verte

Source de l'image : CelluloTech

Avancées dans l’industrie papetière
Outils
Typographie

La chromatogénie est une technologie barrière unique qui offre des performances sur mesure pour l’emballage et pour tout ce qui est retriturable et compostable. Peut-on cependant parler de « nouveau standard »?

C’est un secret de polichinelle que l’industrie de l’emballage cherche par tous les moyens à réduire l’usage des plastiques et accroitre la présence du papier de façon exponentielle d’ici les 5-10 prochaines années. Jusqu’à maintenant, il n’existait pas de solution viable, compétitive et réellement durable. Un nouveau procédé breveté répond désormais à ces critères pour l’industrie de l’emballage mais aussi pour les secteurs de la construction et de la santé, soit la chromatogénie.

La technologie a été mise au point par Cellulotech, une entreprise de Vancouver, BC. Il s’agit d’une réaction chimique verte sans solvant avec laquelle les acides gras se greffent aux substrats cellulosiques. Dans les faits, on considère la chromatogénie comme de la nanotechnologie puisqu’on greffe des molécules aussi petites qu’un nanomètre à une surface spécifique. Les performances sont impressionnantes : le papier traité devient super hydrophobe sans affecter sa respirabilité. Les angles de contact de près de 180 degrés rendent le papier comme une véritable feuille de lotus!

Les monocomposantes greffées ne constituent pas une nouveauté en soi, mais elles étaient difficiles à fabriquer et coûteuses. Cellulotech offre une alternative intéressante et peu coûteuse : on peut traiter jusqu’à 50 000 mètres carrés de surface pour quelques dollars. La chromatogénie permet aux fabricants d’ajuster les barrières pour optimiser le ratio performance/coût en jouant avec des paramètres comme le substrat et le procédé lui-même.

Les applications potentielles sont nombreuses et Cellulotech est confiante que plus la chromatogénie sera connue, plus il y aura de nouvelles idées émergentes. Dans l’emballage, elle permet de se débarrasser des cires et d’utiliser moins de pâte pour la fabrication du carton ondulé. La réaction est très rapide et des agents d’encollage comme l’AKD deviennent désuets. Même si le procédé ne sera disponible que dans le moyen-long terme, Cellulotech travaille sur une usine pilote et collabore à divers projets qui stimulent les perspectives de la chromatogénie.

adv 12juil22 2 min


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier