La Province accorde des fonds à deux universités ontariennes pour soutenir la recherche en foresterie

De l’industrie
Outils
Typographie

De la technologie à la fine pointe permettra de faire progresser les engagements en matière de recherche de la Stratégie pour le secteur forestier

TORONTO — L’Ontario a conclu des accords de recherche concertée avec l’université McMaster et l’université de Toronto dans le but de favoriser la santé, la résilience et viabilité des forêts tout en soutenant l’industrie forestière.

Un projet en collaboration avec l’université McMaster étudiera les effets du changement climatique sur la croissance forestière. Un autre projet en collaboration avec l’université de Toronto prendra la forme de travaux de recherche sur les effets de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sur les forêts boréales de l’Ontario.

« Ces accords de recherche concertée avec l’université McMaster et l’université de Toronto représentent de formidables pas en avant dans la recherche en vue de soutenir les forêts et l’industrie forestière en Ontario, » a dit John Yakabuski, ministre des Richesses naturelles et des Forêts. « La recherche améliorera notre compréhension des pressions environnementales sur les forêts de l’Ontario en tirant partie de technologies de pointe et permettra aussi de faire en sorte que les forêts demeurent en santé pour les générations actuelles et futures. »

Ces investissements sont conformes aux engagements énoncés dans Croissance durable : Stratégie pour le secteur forestier en ce qui concerne le soutien à la recherche appliquée et la surveillance pour soutenir les décisions et politiques fondées sur des données probantes.

ACCORD DE RECHERCHE CONCERTÉE AVEC L’UNIVERSITÉ MCMASTER

Un accord de recherche concertée avec l’université McMaster de Hamilton, d’une valeur de 45 000 $ sur trois ans, utilisera un sous-ensemble d’intelligence artificielle appelé apprentissage automatique afin de créer un modèle permettant de mieux comprendre les effets du changement climatique sur la croissance et le rendement des forêts ontariennes.

L’apprentissage automatique utilise la technologie informatique pour analyser de grands volumes de données et y déceler des constantes, des tendances et des relations difficiles à identifier à l’aide de méthodes traditionnelles d’analyse.

L’accord de recherche aidera l’Ontario à raffiner encore ses pratiques de gestion forestière viable. Il fournira à l’industrie forestière des renseignements à jour sur la croissance et les rendements nécessaires pour planifier la gestion forestière et analyser les approvisionnements en bois.

« On est de plus en plus intéressé à tenir compte du changement climatique dans les activités de gestion forestière. Par l’intermédiaire de ce partenariat, nous puisons dans 70 ans et plus de données du Programme de la croissance et du rendement des forêts de l’Ontario sur l’état des forêts, les propriétés du sol et la structure des peuplements dans toute la province, » a dit Alemu Gonsamo, professeur adjoint à l’école de la terre, de l’environnement et de la société de l’université McMaster.

ACCORD DE RECHERCHE CONCERTÉE AVEC L’UNIVERSITÉ DE TORONTO

Un accord de recherche concertée avec l’université de Toronto, d’une valeur de 56 000 $ sur trois ans, permettra d’évaluer les effets de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sur les forêts boréales de l’Ontario, afin d’atténuer les pertes de bois pour le secteur forestier.

La recherche fera appel à de la technologie de télédetection par satellite pour analyser et modéliser la mortalité d’épinette causée par la tordeuse des bourgeons de l’épinette en Ontario et ainsi soutenir la planification de gestion forestière.

La tordeuse des bourgeons de l’épinette est un des parasites les plus répandus et destructifs en Ontario. Elle est capable d’affecter des millions d’hectares de forêt boréale.

« Ce travail améliorera notre capacité de montrer exactement sur carte quand et où se produisent les flambées de tordeuse, ce qui sera d’une importance clé pour répondre à d’autres questions de recherche liées à la santé des forêts, aux risques d’incendie de végétation et à la gestion des forêts, » a dit Patrick James, professeur agrégé à l’institut de foresterie et de conservation de l’université de Toronto.


Faits en bref

  • Le secteur forestier engendre des revenus d’environ 18 milliards de dollars annuellement et soutient approximativement 143 000 emplois directs et indirects dans tout l’Ontario.
  • Croissance durable : Stratégie pour le secteur forestier de l’Ontario énonce l’engagement de mener des recherches appliquées et de recourir aux meilleurs méthodes scientiques. Cette recherche est utilisée pour soutenir les politiques de gestion et de planification forestières.
  • Les entreprises forestières ontariennes sont régies par des normes parmi les plus strictes dans le monde afin d’assurer la viabilité de la gestion forestière.

Ressources supplémentaires


Source : Gouvernement de l'Ontario