Le secteur du papier commence sa transition

De l’industrie
Typographie
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Regard sur les exemples de Kénogami et d’Alma où des projets sont en cours.

La baisse de consommation de papier de toutes sortes est constante depuis longtemps. Même si cette réalité est connue depuis des années, la transition commence à peine à se montrer le bout du nez.

« On développe la nanocellulose, notre employeur a décidé d’aller là », indique Gilles Vaillancourt, président du Syndicat national des travailleuses et travailleurs de Kénogami–CSN. Un projet pilote est en place depuis un mois et demi et la production annuelle prévue est de 125 tonnes en 2023. Cette nouvelle fibre peut servir à plein d’endroits, pour solidifier le béton, faire des pare-chocs ou encore des pellicules transparentes qui remplacent celles qui sont faites en plastique de pétrole. « Il n’y a pas encore de clients, mais plusieurs acheteurs potentiels font des tests en ce moment », précise Gilles Vaillancourt.

La fin du plastique à usage unique a été annoncée par le gouvernement Trudeau, mais l’entrée en vigueur se fait de façon très progressive. Une accélération de cette réglementation aiderait grandement la transition du secteur du papier.

« Le marché mondial du papier baisse de 10 % à 14 % par an mondialement. On se tire d’affaire, notamment avec les magazines qui passent maintenant du papier couché au papier calandré, papier plus lisse et plus lustré que nous produisons », ajoute Gilles Vaillancourt, lequel estime que son usine n’est pas en mauvaise posture étant donné les récents investissements de 38 M$ à l’usine Résolu de Kénogami sur le papier calandré et la nanocellulose.

Manque d’investissement à Alma
La situation est moins reluisante à l’usine de Résolu d’Alma. « La machine numéro 9 est en arrêt à cause du supposé manque de commandes », lance Jean-Pierre Rivard, président du Syndicat national des travailleuses et travailleurs des pâtes et papiers d’Alma–CSN, qui craint la perte d’une machine si aucun investissement ne survient dans les années à venir.

L’usine d’Alma produit du papier pour les imprimantes ou les livres de poche ainsi que du papier journal. Il y a eu des essais de production de papier d’emballage pour le secteur alimentaire, mais les commandes ne suivent pas. « Ils disent que le marché va là, mais ils ne prennent pas le risque », analyse Jean-Pierre Rivard. Selon lui, l’usine est victime de son succès, puisque le patron affirme constamment que la production de papier va bien et que l’usine est payante. Le président ajoute que le prix du papier a tout de même augmenté de 300 $ la tonne en un an. Les derniers investissements datent cependant de 2004 à Alma.

Incertitude avec Paper Excellence
Le gros point d’interrogation pour les travailleuses et les travailleurs de Résolu est la direction que prendra l’entreprise depuis son achat par la multinationale indonésienne Paper Excellence. Tous les syndiqué-es se demandent s’il y aura des investissements et une transition claire dans les usines qui appartenaient à Résolu ou si la philosophie de pressage de citron de l’ancien propriétaire va perdurer. Des rumeurs veulent que l’usine de Gatineau passe à la production de carton ondulé, mais rien n’est encore certain, compte tenu des nouveaux patrons qui n’ont pas encore rencontré les employé-es.


Source : CSN